Green Player
Vegan Burger

Niveau

Vitesse

Blog

Les limites de Wordpress

Naviguez en mode Green player via le bouton en haut à gauche.

Cailloux sur sol humide

Publié le 03/06/2021, mis à jour le 03/06/2021 ▷ 00:00

Maxime : À force de gratter avec le même outil, on finit par devenir soi-même un fossile !

Wordpress n'est pas le graal annoncé par tous ses partisans : lui aussi connaît des défauts et des problèmes.

Rappel, histoire, limites, optimisation, conclusion : voici un petit tour d'horizon de son utilisation.

Rappel

Wordpress est un système de gestion de contenu ou CMS, Open Source, permettant de créer et administrer des sites web de tous types. Il est distribué par la fondation WordPress.org. Le logiciel est écrit en php avec une base de données (MySQL ou MariaDB).

On utilise des thèmes ou des templates pour personnaliser le look & feel de chaque site. Commentaires et discussions sont possibles.

Wordpress représente plus de 40% des sites web dans le monde… (65% de part de marché de tous les CMS). À ce jour, il y a plus de 58 000 plugins. Il est presque impossible de dénombrer le nombre de templates tant il y en a sur le marché.

Wordpress se veut conçu pour tous, se concentrant sur l’accessibilité, la performance, la sécurité et la simplicité.
Et pourquoi tout simplement ne pas remplacer le web par Wordpress tant qu’on y est ?

Histoire

Wordpress 0.7 nait le 27 mai 2003 (18 ans déjà !). C’est à la base un outil de blog. Suivent régulièrement de nouvelles versions, et chaque nouvelle version majeure se rapporte à un.e musicien.ne de jazz (Mingus, Billy Strayhorn, Duke, Ella Fitzgerald, Stan Getz, Dexter Gordon... Esperanza Spalding est le dernier en date) . A l’heure où nous vous parlons (mai 2021), nous en sommes aujourd’hui à la version 5.7.2.

Derniers faits remarquables :

  1. Le nouvel éditeur Gutenberg sort pour la version 5.0 en décembre 2018.
  2. WordPress 5.5 est la version ayant réuni le plus de contributrices et contributeurs (plus de 800 personnes venant de plus de 50 pays).

Les limites de la bête

Le système a été conçu à une époque du web où le Green digital comptait peu. Ok, il est facile à installer mais ce n’est pas un outil de production optimisé. Il n’y a pas d’indicateurs de performance et de bonnes pratiques. Dans celle-ci, justement, tout se fait sur des empilements de briques fonctionnelles. Beaucoup de thèmes sont souvent eux-mêmes issus de templates (ex Bootstrap) et chaque modèle se veut modulable donc contient toutes les configurations donc trop de code, donc trop de process.

➔ Green digital :

L’exemple de notre site est frappant. Avec quelques plugins et quelques pages, on arrivait à une version Wordpress faisant 130 MO (Le téléchargement de Wordpress 5.7 fait 53MO non compressé). Le même volume de site en écoconception HTML, css, javascript fait 2MO.
Conclusion
: en terme de performance et de green, on peut faire largement mieux. Comptons sur les nouvelles versions.

De base, un plugin est chargé sur toutes les pages/posts, ce qui est vraiment stupide s'il ne concerne qu'une partie du site.

Plus les sites font de choses et plus ils vont activer de ressources… Du coup, quand on veut des mises en page variées, on obtient une usine à gaz (Stop aux énergie fossiles !!!!)

Concernant la sécurité : un outil populaire devient vite la cible des attaques de hackers. Les mises à jour de sécurité sont incessantes et, en tant qu’administrateur, on passe son temps à faire des mises à jour de versions, plugins & thèmes. S’en suivent des problèmes de compatibilité des plugins... Bref, l’administration est parfois très lourde.

En cas de site à gros trafic, les performances posent des problèmes.

Le système de sauvegarde des publications (mode revision) fait grossir énormément la base de données. Et certains plugins audacieux font des requêtes récurrentes créant parfois des saturations de process.

L'utilisation des mega-éditeurs n'est au final pas une idée géniale : Avada, Divi, Elementor, Beaver... Ils multiplient les accès bases de données en créant de multiples enregistrements par bloc de contenus.
Le transfert des contenus devient ensuite une gageure.

➔ Green digital :

Le nettoyage des images ou des documents n’est pas prévu de base donc il faut s’accrocher ensuite pour virer des serveurs les documents inutiles. Messieurs les concepteurs, pensez au World Clean Up Day !

Les optimisations possibles

  • Tout ré-écrire en HTML, css, javascript (Pas facile !).
  • Mettre un outil de cache (minification incluse): W3 Total Cache par exemple.
  • Enlever un max d’extensions.
  • Utiliser l’éditeur de base.
  • Mettre un outil de désactivation des plugins par page/post (par exemple, Freesoul desactivate plugin).
  • Optimiser les images et faire du lazyloading (Bravo : La dernière version de Wordpress propose du lazyloading de base 😊). Sinon pourquoi pas Smush Image ou Imagify ?
  • Activer la compression Gzip et bien mettre à jour votre version php (attention à la compatibilité).

Conclusion

Soyez surtout sobre dans votre conception. Wordpress fonctionne très bien pour de modestes configurations.

Côté thème : plutôt que de tout miser sur le look & feel, travaillez plus vos contenus et prenez des templates reconnus voire proposés par la communauté : la série des Twenty (19, 20 et 21), GeneratePress, Astra pour ne citer que quelques-uns. Ils sont rapides et plus facilement modifiables. C’est par là qu’il faut commencer : https://wordpress.org/themes

Enfin, soyez curieux, essayer de nouveaux CMS conçus plus récemment (par exemple, Grav est conçu sans base de données).

Des idées ?

N'hésitez pas à nous en faire part !